Et si la laisse devenait une zone de confort ?

Et si la laisse devenait une zone de confort ?

Et si la laisse devenait une zone de confort ?

Vous pouvez fermer les yeux quelques secondes ?

Imaginez vous avec un collier et une laisse qu’une personne tient en main (non ce n’est pas le dernier scénario de « 50 nuances de Grey » !), vous n’êtes pas libre de vos mouvements, vous ne pouvez pas fuir si vous avez peur, vous êtes tirés dans un sens ou dans un autre sans préambule, parfois arrêté par un bouton sur lequel on appuie pour bloquer la laisse. Vous ne pouvez pas vous approcher de la vitrine qui attire votre regard, dire bonjour au copain que vous croisez ou écrire un sms !
Pas vraiment agréable non ?
Et sans parler de la panoplie plus hard et pourtant si banal avec le collier en chaîne coulissant pour étrangler, le collier avec les piques ou électrique pour tenter d’éradiquer par la douleur tous mouvements au delà de cette  laisse, de quoi faire fantasmer certains !

Si pour certains, la laisse peut être un outil sulfureux, la plupart d’entre nous n’accepterait jamais d’en avoir une.  Il suffit juste de voir nos réactions lorsque l’on voit des enfants attachés à leurs parents par un harnais. 
Pour le chien également elle ne représente a priori qu’une entrave à sa liberté et sa possibilité d’exploration que lui révèle son flair formidable. 

Pour autant avons-nous le choix ?

Le premier objectif de la laisse est de mettre son chien en sécurité puisqu’il ne sait pas qu’une voiture ça tue, que tous les humains et congénères ne veulent pas lui dire bonjour, que le voisin n’appréciera pas qu’il court après le chat etc
Elle est donc indispensable et j’invite toutes les personnes à tenir leur chien en laisse dans un environnement où il n’est pas conscient du danger.

Du coup, marcher « attaché » va représenter un véritable apprentissage pour le chien et son conducteur pour qu’il soit agréable pour le binôme.

La laisse doit être un cordon de sécurité, elle n’est pas celle qui « empêche de ». 
Le périmètre autour de vous, la longueur de la laisse, d’au moins 1m50, doit être une zone de confort, de sécurité pour votre chien et non un endroit où on lui crie dessus, où il subit des secousses pour ne pas tirer.

Comment faire alors ?

1)  Combler les besoins :
– Vider la pile ! La marche en laisse nécessite un contrôle de soi important de la part du chien puisque naturellement il marche plus vite que nous. Si votre chien est débordant d’énergie il sera impossible pour lui de suivre votre rythme de son plein gré.
– Laisser exprimer ses besoins librement ou en longe : explorer, pister, creuser, courir ect

2) Apprenez lui à vous suivre dans vos déplacements.
Commencez cet entrainement dans un environnement avec le moins de stimulation possible afin qu’il soit plus facile pour lui de se connecter à vous. Augmenter la difficulté (stimulation, durée) progressivement.
Vous pouvez utiliser pour vous aider un harnais avec une boucle sur le poitrail qui limitera le chien dans sa possibilité de s’appuyer sur le harnais et de tirer plus fort.

3) Cesser de le récompenser à chaque fois qu’il tire sur la laisse en le laissant avancer. Apprenez lui à connaitre cette zone autour de vous qu’il ne peut dépasser.

4) Soyez une source de motivation pour lui. Partager et passer des bons moments avec lui lorsqu’il est en laisse. La sortie en laisse ne doit pas être qu’une sortie hygiénique.

5) Prenez une laisse suffisamment longue (minimum 1m50) pour qu’il puisse quand c’est possible explorer la zone autour de vous et ne pas être tout le temps dans la frustration. 

6) Soyez un guide, apprenez lui des mots clés comme : 
– Marche à coté de moi (la marche au pied) : important quand il y a du monde. La marche au pied est une position à proximité de nous, elle ne s’apprend pas grâce à la laisse.
– Ne touche pas
– Arrête toi
– On y va 
Ce n’est pas la traction sur la laisse qui guide votre chien. 

7) Apprenez à utiliser votre corps pour le guider et non votre bras pour le contraindre.

8) Aidez le à gérer certaines problématiques qui peuvent avoir un impact dans la marche en laisse : la peur de l’environnement ou la réactivité aux congénères. Rappelez vous que le chien est attaché, même s’il le souhaite il ne peut pas fuir, s’éloigner, quelle source de stress cela peut être pour lui ! La zone autour de vous doit être une zone de sécurité et de confort.

9) Soyez patient, constant et bienveillant. 

X