Un bon départ pour une bonne relation

Un bon départ pour une bonne relation

Un bon départ pour une bonne relation

La première fois que Laure m’a contacté, j’ai légèrement bégayé au téléphone.

« Bonjour, j’ai vu que vous proposiez dans vos services un atelier autour de la préparation à l’arrivée du chiot, je serai intéressée. »
Moi : « Ah bon ? Euh, oui tout à fait ! Mais euh vous l’avez quand votre chiot ? »
Laure: « Dans 3 semaines, c’est un Spitz Japonais et comme je n’ai jamais eu de chien, j’aimerai être sure de savoir comment m’y prendre, je voudrais être prête à l’accueillir correctement. »
Moi : (ma pensée : Nonnn ? C’est vrai ? Mais c’est génial !!) :  » C’est une très bonne initiative de votre part, quand est ce que vous êtes disponible ? »

Oui, quelle belle initiative !

Je ne délivre pas une notice d’utilisation mais nous avons abordé tous les sujets qui sont indispensables à connaitre dans ce début de vie à deux, humain et chiot :
– Le choix de l’éleveur et les points importants à vérifier
– L’apprentissage de la propreté
– L’apprentissage de la solitude
– La socialisation avec les congénères et les humains
– La familiarisation à son nouvel environnement
– La gestion et l’organisation du quotidien avec les besoins de Mee Loo et les besoins de Laure.
– La mise en place du cadre que Laure voulait mettre avec Mee Loo (les règles de vie ensemble)
– Le langage à mettre en place pour se comprendre
– Les accessoires essentiels pour l’arrivée de Mee Loo

Et toutes les questions qu’elle pouvait se poser autour de l’arrivée de son futur compagnon.

Parmi les familles que je rencontre pour des problématiques avec leur toutou, il y a une étape fondamentale qui n’a pas toujours été abordée : qu’est ce qu’un chien ? Comment communique t »il ? Quels sont ses besoins ? Quel est le contexte de vie que je vais pouvoir lui offrir ? Quel temps ai-je à lui accorder (pendant 10 à 15 ans) ? Suis prêt à l’éduquer pendant plusieurs mois et à supporter les « bêtises » qu’il va probablement faire ?

Avoir un chien est souvent un rêve que « Boule et Bill » ou « Lassie, chien fidèle » ont chargé de bien d’espoirs qui ne correspondent pas à la réalité des besoins d’un chien.

Lorsque Médor du haut de ses 3 kg a fait pipi déjà 10 fois sur le tapis du salon, s’est attaqué au pied de la table Louis XIV et demande à être promené 1h après une journée de travail fatigante un soir de décembre pluvieux, le rêve devient vite un cauchemar.

Et pourtant combien de personnes font cette démarche de bien se renseigner avant ?
Au risque de se dire que leur vie d’aujourd’hui n’est pas adaptée à la venue d’un chien ?

Donc oui, Mee-Loo a de la chance…

X